Témoingnage de Mme Delquié

       

 

                         Le 2 Septembre 1944

                      GOVILLER allait-il bruler? 

  

En effet,dès le 29 août,les responsables du maquis (Groupe Lorraine 42) avaient décrété la mobilisation générale contre l'occupant.Les volontaires de Roville,laneuville-devant-Bayon,Saint-Remimont,Beney,Lemainville,Xirocourt,Neuviller-sur-Moselle,Griport,Goviller,Haroué,Saint-Firmin,Diarville,Housséville,etc,mais aussi deux gendarmes de la brigade d'Haroué,quittèrent alors femmes et enfants pour prendre les armes.

Les résistants alertèrent les Américains qui approchaient et sollicitèrent plusieurs parachutages.Le premier, effectué au bois d'Anon le 29 août permis d'équiper deux cent cinquante hommes.il y avait aussi du matériel anti-chars.Un deuxième parachutage devait avoir lieu le 2 septembre, le sous-lieutenant Fournier et ses hommes avaient pris place autour de la ferme de Naraulieu sur le bois d'Anon la butte qui domine la localité pour réceptionner.

Tout a commencé le 2 septembre vers 10h30,des coups de feu ont retenti du coté du bois d'anon.Puis des rafales d'armes automatiques ont répondues.Les Allemands des SS venaient d'accrocher le groupe du sous-lieutenant Fournier qui attendaient un parachutage à proximité de la ferme de Naraulieu.

En effet le sous lieutenant parti seul en début de matinée pour faire une ronde en direction des postes de gardes établis le long du terrain,Fournier rencontra une patrouille allemande et fut assassiné.

Ne voyant pas rentrer leur chef les maquisards stationnés à Naraulieu effectuèrent plusieurs patrouilles et accrochèrent les Allemands.La section,aux ordres du sous-officier François,attaqua le bois et de nombreux Allemands furent tués.les autres se replièrent sur Goviller,établissant leur quartier général au café-restaurant du centre en blessant la propriétaire.Paniqués,ils tirèrent sur toutes les maisons.Le Dr jacquet de vézelise,membre du Groupe Lorraine 42,qui bénéficiait d'un ausweis arriva au même moment que Mme Marie-antoinette Delquié,infirmière au 17e groupe de maquisards de Colombey-les Belles.ils se rendirent au café avec la peur.Le capitaine allemand les remarqua,tandis qu'il leur lança :Les soldats allemands sont toujours corrects!Ses hommes incendiaient les maisons,tout en se livrant à des beuveries,pendant ce temps,ils donnaient les premiers soins à la patronne du café.A peine ressortis du café,ils apercoivent un groupe de maquisards motorisés,qui progressait dans une rue latérale.ils avaient décidé d'attaquer le café,pendant qu'un deuxième groupe contournait le village .Tandis que l'infirmiére se portait à la rencontre du second groupe,un maquisard lança plusieurs grenades dans la grande salle du café,dans l'espoir d'y faire le vide.Ses camarades accueillirent les fuyards avec un fusil-mitrailleur.Presque tout le groupe était anéanti.(Des morceaux de cervelle jonchaient les murs du café et l'arrogant officier qui avait parlé dix minutes plus tôt gisait dans une marre de sang.)

Pendant ce temps, le second groupe de maquisards, guidé par la jeune infirmière est providentiellement renforcé par trois cents résistants venus de Neufchâteau et Vaucouleurs, pourchassaient les derniers incendiaires vêtus de noirs et décorés de la tête de mort argentée.

Le dernier allemand, réfugié dans le clocher, blessa Marie-antoinette Delquié à la cuisse, avant de tomber sous les balles des maquisards.

Goviller était sauvé, et les pertes de l'ennemi sévères, puisqu’il laissait sur le terrain plus de soixante morts.

Nous devons rendre hommage aux maquisards tombés au champ d'honneur pour que notre village n’ai pas fini comme Oradour-sur-Glane, rasé par les allemands et nous avoir libéré tout en sacrifiant leurs vies.

Oradour sur Glane a été détruit pendant la seconde guerre mondiale, le 10 juin 1944. Ce village du Limousin a été le théâtre d'une exécution systématique de la part des Waffen S.S., faisant officiellement 642 victimes. Oradour-sur-Glane a été rayé de la carte, un après-midi de juin, quatre jours après le débarquement en Normandie. Conservé en état de ruine, ce village fantôme reste le témoin d'un crime odieux...

    

  

    site    http://oradoursurglane.free.fr/index2.htm